Mercredi 27 Juin 2007

Un grand génie, qui chante mieux chaque année…

On dit en Argentine, où Carlos Gardel est diffusé une heure chaque jour sur Radio Tango, qu'il “chante chaque année encore mieux”.

C'est vrai qu'on ne se lasse jamais de l'entendre. Quelle voix ! Et quel talent d'interprétation : jamais deux fois la même inflexion, et pourtant il est immédiatement reconnaissable. C'est toujours construit tout en donnant l'impression d'être improvisé. Ah, on savait chanter dans les 30… Pourquoi ne fait-on plus que des choses médiocres aujourd'hui ? Les gens piratent des millions et des millions de mégaoctets de “chansons”, on n'a jamais autant communiqué, et pourtant…

C'est ce qu'on appelle le creux de la vague, je crois. En attendant, une petite merveille :

Et en plus ce Monsieur était français de naissance, si si !

===============================================================================

POR UNA CABEZA
Carlos Gardel
Alfredo Le Pera

Por una cabeza de un noble potrillo
que justo en la raya afloja al llegar
y que al regresar parece decir:
No olvides, hermano, vos sabes, no hay que jugar…

Por una cabeza, metejon de un dia,
de aquella coqueta y risue a mujer
que al jurar sonriendo, el amor que esta mintiendo
quema en una hoguera todo mi querer.
Por una cabeza
todas las locuras
su boca que besa
borra la tristeza,
calma la amargura.

Por una cabeza
si ella me olvida
que importa perderme,
mil veces la vida
para que vivir…

Cuantos desenga os, por una cabeza,
yo jure mil veces no vuelvo a insistir
pero si un mirar me hiere al pasar,
su boca de fuego, otra vez, quiero besar.

Basta de carreras, se acabo la timba,
un final re ido yo no vuelvo a ver,
pero si algun pingo llega a ser fija el domingo,
yo me juego entero, que le voy a hacer.

===============================================================================

===================
Juste pour une tête
===================

Juste pour la tête d'un poulain racé
Qui, près de la ligne, flanche à l'arrivée
Et qui, revenant, a l'air de me dire
N'oublie pas, mon vieux, tu sais bien, il ne faut pas jouer…

Juste pour une tête, toquade d'un jour,
De cette coquette et moqueuse femme
Qui jure en souriant son mensonge d'amour
J'ai brûlé ma passion comme sur un bûcher.

Juste pour une tête,
Toutes les folies
Ses baisers, sa bouche
Effacent la tristesse,
Calment l'amertume.
Juste pour une tête,
Si elle m'oublie
Qu'importe de perdre
Mille fois la vie
À quoi sert de vivre…

Tant de déceptions, juste pour une tête
J'ai juré mille fois de ne pas insister
Mais si son regard me brûle au passage,
Ses lèvres de feu m'attireront encore.

J'abandonne le turf, le jeu c'est fini,
Je ne veux plus jamais perdre sur le fil,
Mais si j'ai un tuyau bien sûr pour dimanche,
Je le jouerai gagnant, pas d'hésitation !

(T) F. Hatem

Lundi 25 Juin 2007

Un générateur de “Foire aux Questions”

J'ai dû dernièrement compiler quelques questions/réponses dans un fichier d'aide pour aider les étudiants du conservatoire sur les postes que j'ai installés sous GNU/Linux.
J'ai donc cherché sur la toile des générateurs de “faq” automatique afin de m'aider dans cette tâche.
À ma grande surprise, il ne semble pas y avoir grand-chose, je me souvenais pourtant d'avoir vu passer des logiciels il y a quelques années.
J'ai trouvé un script python, faqtor, qui fait des jolies faq, mais alors au niveau internationalisation et localisation, bonjour… J'ai commencé par faire un programme .c qui encodait les caractères en ascii puis les remettait ensuite, pour s'amuser un peu avec les fonctions dites “larges” de la bibliothèque C, mais ça ne m'allait toujours pas.
Si quelqu'un se souvient d'un autre programme, je suis preneur, je me souviens d'un “faq generator” ou je ne sais quoi.

En attendant, j'ai fait un petit script bash de mon cru, pas rapide bien sûr, bash oblige, mais me semble-t-il pas trop mal fait. Ce qui me plaît dans mon histoire c'est le format utilisé, pas de xml, on fait un fichier texte en mettant juste un marqueur configurable au début des lignes, genre “Q:”, “R:”, “S:” pour “section”, “question”, “réponse”, et on indente pour écrire sur plusieurs lignes.
En soumettant ceci on obtient ça.
J'ai repris le système de faqtor, c'est pas très joli, mais c'est efficace.

Je ne sais pas si ce script, qui répond au doux nom de “fakilo” (”outil à faq”, en espéranto), peut être utile à d'autres que moi, mais le cas échéant j'en ferai un paquet debian, si on me le demande.
Je me suis amusé à mettre tous les noms de variables en esperanto. Mon dieu ce que ça sonne plus honnête que l'anglais omniprésent. Je n'ai pas l'impression de me vendre à l'ennemi… Et du coup j'ai d'autant plus de plaisir à lire Faulkner dans le texte… A bon entendeur salut !

P.S : version temporaire de mon script

P.P.S : Comment dit-on “script” en français ? Marre du franglais, osons être créatifs…

Jeudi 21 Juin 2007

Anacyclique politique

On m'a fait lire l'autre jour un texte très intéressant sur les intentions réelles de certaines personnes du parti socialiste. C'est un message codé, une espèce d'anacyclique, mais par lignes. Après avoir lu normalement, lisez en commençant par la dernière ligne, et en remontant. Apparemment, le message a quand même été décodé par la majorité des Français… Ont-ils eu raison ? L'histoire le dira, mais cela me semble mal engagé, avec l'éviction de gens comme Alain Juppé. Quel gâchis.

Ségolène Royal déclarait il y a quelque temps :
« Dans notre parti, nous accomplissons ce que nous promettons.
Seuls les imbéciles peuvent croire que
nous ne lutterons pas contre la corruption
parce que, il y a quelque chose de certain pour nous,
l'honnêteté et la transparence sont fondamentales pour atteindre nos idéaux.
Nous démontrons que c'est une grande stupidité de croire que
les mafias continueront à faire partie du gouvernement comme par le passé.
Nous assurons, sans l'ombre d'un doute, que
la justice sociale sera le but principal de notre mandat.
Malgré cela, il y a encore des gens stupides qui s'imaginent que
l'on puisse continuer à gouverner
avec les ruses de la vieille politique.
Quand nous assumerons le pouvoir, nous ferons tout pour que
soit mis fin aux situations privilégiées et au trafic d'influences ;
nous ne permettrons d'aucune façon que
nos enfants meurent de faim
nous accomplirons nos desseins même si
les réserves économiques se vident complètement
nous exercerons le pouvoir jusqu'à ce que
vous aurez compris qu'à partir de maintenant :
Nous sommes le nouveau Parti Socialiste, la nouvelle politique. »